Multiples

Forum français sur les troubles dissociatifs
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres   Documentation  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 EMDR et Troubles Dissociatifs

Aller en bas 
AuteurMessage
Dwelt
Admin
Admin
avatar

Messages : 268

MessageSujet: EMDR et Troubles Dissociatifs   Mer 4 Juil - 15:30

L'EMDR, un traitement pour les troubles dissociatifs



Source : PODS-online.org - EMDR in the treatment of dissociative disorders




Qu'est-ce que l'EMDR ?

EMDR signifie "Eye Movement Desensitisation and Reprocessing" (Mouvement des Yeux, Désensibilisation et Retraitement de l'information) et a été développé en 1989 par le Dr. Francine Shapiro, une psychologue et éducatrice américaine. C'est une approche psychothérapique compréhensive et intégrative, qui a été reconnue efficace dans le traitement des traumas, et ce dans plusieurs pays et par plusieurs organisations. Au Royaume-Uni, la NICE (National Institute for Clinical Excellence) parle spécifiquement de l'EMDR dans son guide de traitement pour le SSPT (stress post-traumatique) en tant qu'option de traitement appropriée.
L'institut d'EMDR décrit cette approche comme :

La psychothérapie EMDR est une thérapie de traitement de l'information qui utilise huit phases d'approche pour traiter les composants d'expériences s'appliquant à un large éventail de pathologies. On l'utilise dans le cas d'expériences passées propices au développement de pathologies, ainsi que dans le cas de situations qui déclenchent des émotions, des croyances et des sensations dysfonctionnelles, et permet de créer l'expérience positive dont le patient à besoin afin de développer des comportements adaptatifs et une bonne santé mentale.



Comment est-ce que cela fonctionne ?

L'explication de l'efficacité de l'EMDR dans le traitement des traumas n'est pas encore totalement claire, cependant il existe des théories disant que cela aide l'hippocampe (partie du cerveau impliquée dans le stockage et la récupération des souvenirs) à traiter des souvenirs et flashbacks angoissants. La stimulation alternée des côtés gauche et droit du cerveau par les mouvements d'yeux, les sons ou le taping durant l'EMDR semble aider le cerveau à intégrer et traiter ces informations.



Peut-elle être utilisée pour traiter les troubles dissociatifs ?

L'ISSTD (International Society for the Study of Trauma and Dissociation) pose l'EMDR comme traitement annexe dans leur Guide pour le Traitement du Trouble Dissociatif de l'Identité chez les Adultes (2011). Ils recommandent que l'EMDR ne soit pas utilisé en tant que traitement à lui seul, mais en tant que partie d'un plan de traitement plus large.

L'utilisation précoce de l'EMDR avec des clients dissociatifs, elle, a vu en résultats de nombreuses difficultés, notamment des "brèches des barrières dissociatives, des émergences et envahissements de personnalités alternantes non-diagnostiquées et une déstabilisation rapide" (ISSTD, 2011). Ainsi, l'ISSTD recommande que des ajustements aux protocoles standards de l'EMDR soient faits lorsque l'on travaille avec des survivants dissociatifs, et que différents moyens de protection soient mis en place.



Quand est-ce que l'EMDR peut être utilisée avec des clients dissociatifs ?

Le livre de Francine Shapiro, intitulé "Manuel d'EMDR (Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires): Principes, protocoles, procédures", contient une annexe (Annexe B) qui se rapporte au "Guide Général de l'utilisation de l'EMDR pour les Troubles Dissociatifs" (Dissociative Disorders Task Force Recommended Guide: A General Guide to EMDR’s Use in the Dissociative Disorders). C'est en général le standard préféré dans l'utilisation de l'EMDR pour les troubles dissociatifs.

Ce guide suggèrent les considérations suivantes :

→ le thérapeute doit être expérimenté vis-à-vis du fait de travailler avec les troubles dissociatifs et d'utiliser l'EMDR avec des clients qui ne sont pas dissociatifs
→ le client doit être objectivement prêt, par exemple :
- il doit être stable de façon générale, avec un ego suffisant fort et un réseau de soutient
- il doit avoir des stratégies d'adaptation suffisantes
- il doit avoir une coopération entre les parties suffisante
- il doit avoir une bonne volonté d'engagement dans son traitement
- il doit être capable de maintenir une attention duelle (càd sur le souvenir traumatique et sur le thérapeute)
- il doit avoir un taux de pulsions d'auto-mutilation et suicidaires bas
- il doit avoir un taux de flashbacks et switchs involontaires bas
- il doit avoir une santé physique suffisamment bonne
- il ne doit pas avoir de diagnostic supplémentaire tel qu'une psychose non-dissociative ou être sujet à des abus de substances
- il doit avoir une relation positive avec son thérapeute.

Le thérapeute doit aussi considérer ses propres capacités, avec par exemple :
→ être suffisamment entraîné et expérimenté vis-à-vis des troubles dissociatifs
→ être capable de travailler avec un éventail de personnalités alternantes, càd les parts enfants, en colère et hostiles, les parts loyales à l'abuseur
→ être capable de gérer les crises et les ruptures thérapeutiques
→ être capable de reconnaître les symptômes et phénomènes hypnotiques et dissociatifs
→ être expérimenté dans l'utilisation de l'EMDR avec des clients qui ne sont pas dissociatifs.



Quels sont les principaux risques de l'utilisation de l'EMDR avec des clients dissociatifs ?

Onno van der Hart, cité dans le guide de l'ISSTD, établit que :
"Le risque commun inhérent à l'usage de l'EMDR avec des individus ayant été en situation de trauma chronique est qu'ils réactivent trop rapidement trop de souvenirs traumatiques."

Francine Shapiro, de son côté, a déclaré :
"L'utilisation des mouvements d'yeux trop tôt dans le traitement risque de provoquer une pénétration prématurée dans les barrières dissociatives. Cela peut provoquer des réactions telles que : submerger le système, une déstabilisation incontrôlée et un risque accru de suicide ou d'homicide. Pour les interventions critiques, le thérapeute ne devrait tenter les mouvements d'yeux seulement si les risques découlant de l'échec de l'intervention sont aussi élevé que si il n'intervenait pas."

Ces risques peuvent être réduits avec les considérations suivantes :
→ travailler seulement avec des clients qui sont déjà raisonnablement stables (voir au-dessus)
→ garder la quantité et l'intensité des éléments traumatiques à un niveau gérable
→ isoler et cibler autant que possible un seul souvenir
→ développer une relation saine avec le client avant de commencer à tenter de travailler avec l'EMDR, et connaître suffisamment le client pour pouvoir remarquer les signes subtiles qui pourraient indiquer que le rythme est trop rapide ou qu'il y a un risque pour qu'il soit submergé
→ ajuster le rythme et le type de stimulations bilatérales, par exemple, utiliser des sets plus courts, ou des stimulations audio ou tactiles plutôt que des mouvements d'yeux
→ augmenter le temps des sessions pour permettre un rythme plus lent, intégrer les éléments et permettre de s'ancrer à nouveau ensuite
→ répéter les protocoles, le traitement des informations est généralement incomplet après la première tentative
→ utiliser l'EMDR dans un premier temps pour réduire et contenir les symptômes, reconstruire l'ego, développer la coopération entre les parts, accroître le sens de sécurité et la tolérance au stress, plutôt que de travailler spécifiquement sur des souvenirs traumatiques.



Quels sont les bénéfices de l'EMDR dans le traitement des troubles dissociatifs ?

Shapiro a décrit les bénéfices suivants :

→ neutraliser le trauma à travers l'abréaction
→ améliorer le dialogue interne entre les parts en utilise la thérapie des états du moi
→ restructurer les distorsions cognitives
→ développer des stratégies d'adaptation et construire des comportements adaptatifs alternatifs
→ renforcement de l'ego
→ fusion des personnalités alternantes
→ généralisation des ressources aux nouvelles situations
→ facilitation d'attribution de sens au trauma, à la douleur et à la guérison
→ surmonter les obstacles à l'achèvement des buts.
Revenir en haut Aller en bas
 
EMDR et Troubles Dissociatifs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Troubles dissociatifs de l'identité
» Troubles dissociatifs - Introduction - DSM-IV
» Trouble dissociatif de l'identité - ex "Personnalité multiple" - définition DSM-IV
» Sondage Identité non-humaine et troubles dissociatifs
» QI et Troubles anxieux en tous genres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiples :: Discussions publiques :: Documentation :: TDI, ATDS, TNDS-
Sauter vers: