Forum français sur les troubles dissociatifs
 
PortailAccueilRechercher Documentation ConnexionS'enregistrer
-20%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
399.99 € 499.99 €
Voir le deal

 

 Une headmate qui n'a sa place nulle part ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Ammalie
New
New
Ammalie


Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Empty
MessageSujet: Une headmate qui n'a sa place nulle part ?   Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Icon_minitimeDim 7 Juin 2020 - 17:54

Bonjour tout le monde ! J'espère que vous vous portez bien.

Aujourd'hui, je voulais vous parler de ma situation avec Kiwenne. En effet, nous ne trouvons pas sa "place". Je sais que chercher des étiquettes pour nous définir n'est pas toujours ce qu'il y a de plus important. Cependant, j'ai besoin de trouver la "case" qui nous conviendrai au mieux, afin de pouvoir échanger avec des personnes ayant des situations semblables. En effet, je me sens un peu seule dans mon cas et je ressens un réel besoin de partager et de m'exprimer à ce sujet.

Voici quelques particularités que je peux avoir dans ma situation avec Kiwenne. Si vous le voulez bien, j'aimerai savoir quelles informations rentre dans le "TDI" (même si je sais que vous n'êtes pas médecins et non aptes à faire des diagnostiques), dans la "Multiplicité" dans "Autre" etc.

Je vous remercie à l'avance !

-Kiwenne est né d'un second traumatisme à l'âge de 19-20 ans. J'ai déjà connu un premier traumatisme à l'âge de 5 ans. Cependant, le premier incident ne m'a pas fait développer d'headmate sur le coup. J'ai eu quelques problèmes identitaires suite à cette situation, je me voyais qu'à la troisième personne dans mes rêveries et sous l'apparence d'un garçon (je m'identifie en tant que fille). Je ne me sentais plus humaine, je ne percevais plus mon corps comme étant le mien. Beaucoup de tristesse et de dégoût de moi-même. C'est un peu étrange mais je rattache ça plutôt à de l'alter-humanité (lié à un traumatisme).
Kiwenne est donc venue bien après, alors que je m'intéressais déjà + aux compagnons mentaux/amis imaginaires/etc. Kiwenne est venue un peu "d'elle même" (durant le second traumatisme lui même) même si je me penchais sur les tulpae durant cette même période (Aurais-je pu être influencée ?).

-J'ai déjà switch avec Kiwenne. Quand j'étais dans un très mauvais état, Kiwenne n'hésitait pas à "prendre ma place". Dans ces situations, je restais "là" mais mes pensées n'étaient plus les miennes. Mes problèmes s'évaporaient : je devenais Kiwenne, avec ses goûts, ses envies du moment, sa personnalité... et même sa voix (plus douce et aiguë). Cependant, j'étais toujours présente et je pouvais possiblement me mouvoir. Disons que c'était principalement mon "esprit" qui "devenait" Kiwenne. Un peu comme si je faisais une pièce de théâtre et m'impliquait tellement dans mon personnage que je "devenais" lui. Je sais que ce n'est pas évident à comprendre mais je pourrai rentrer dans les détails si vous le souhaitez. Aujourd'hui, je ne souhaite plus faire de switch (pour le moment), ayant trop de mauvais souvenirs à ce sujet...
Durant ces périodes de switch, mes proches d'enfance ainsi que ma mère me disaient que parler avec Kiwenne, c'était comme parler à l'ancienne "moi". Une "moi" sans traumatisme. Apparemment, elle était la "moi" d'avant, comme si je m'étais "séparé" en deux durant le traumatisme...

-Je vois très souvent Kiwenne à mes côtés mais pas de la même manière que je vois mon ordinateur ou mon bureau. Elle semble plus "floue" et transparente. Quand je la vois, je peux parfois savoir à l'avance ce qu'elle va faire (un peu comme une amie imaginaire) et parfois elle est imprévisible.
Pour donner un exemple, si nous faisons des courses ensemble, je peux "sentir" qu'elle va sautiller en voyant des gâteaux. Mais à d'autres moments, elle me donne la main sans même que je puisse prédire son acte à l'avance. C'est très curieux.

-J'entend Kiwenne... mais je ne l'entend pas également. Je ne l'entend pas comme si quelqu'un de "physique" était à côté de moi. Je l'entend souvent avec ma voix mentale, parfois en plus aiguë. Comme pour les gestes, parfois je sais ce qu'elle va dire, parfois non. Souvent, j'ai l'impression que nos discussions sont une sorte de monologue transformé en dialogue. Parfois, j'ai l'impression que c'est moi qui l'a fait parler à sa place. Pourtant, je ne veux pas faire d'elle un pantin ou une marionnette. Je ne veux rien faire de mal. Je ne sais pas si cette situation est similaire dans vos cas ?

Je pense que c'est tout pour le moment. Merci d'avoir lu !
Revenir en haut Aller en bas
Zami&co
Membre trois étoiles
Membre trois étoiles
Zami&co


Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Empty
MessageSujet: Re: Une headmate qui n'a sa place nulle part ?   Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Icon_minitimeDim 7 Juin 2020 - 18:47

Tes expériences ressemblent beaucoup à ce que j'ai comme expériences avec mes headmates.

Je suis de l'avis que si tu es bien TDI, il est possible que tu n'aies pas conscience de tous tes headmates, ou qu'il y en aient qui soient "endormis". Après tout, certaines de tes particularités personnelles sont clairement dissociatives et ces particularités dissociatives sont fortement liées à ton enfance plus que mouvementée.

Mais pour revenir au sujet de ton message : on a le même genre d'expériences ici en tant que multiple.

--Zami--
Revenir en haut Aller en bas
Dwelt
Admin
Admin
Dwelt


Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Empty
MessageSujet: Re: Une headmate qui n'a sa place nulle part ?   Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Icon_minitimeDim 7 Juin 2020 - 19:55

Je rejoins l'avis de Zami.

Je retrouve des expériences similaires chez nous aussi, je vais revenir sur certaines un peu plus bas.

Tout d'abord, ça arrive que des alters soient créé secondairement, suite à un trauma à l'âge adulte, mais pour cela il faut déjà qu'il y ait eu une division dans l'enfance, que le cerveau ait déjà adopté et intégré la division comme mécanisme de défense (sinon, il ne l'utilisera jamais, pas à moins d'une manipulation et d'un conditionnement particulièrement long, intense, violent, et encore, ça ne sera pas exactement la même chose qu'un TDI "classique").

Ce qui est possible aussi, c'est qu'un alter créé dans l'enfance entre en dormance, soit quasi-instantanément, soit une fois qu'il n'a plus de rôle à jouer, et ne soit réactivé que plus tard, quand il est retrouvé par le reste du système ou que les conditions pour sa ré-apparition sont réunies.

Ce que tu décris dans ton second point me parle complètement. Depuis l'âge de 14 ans (auquel on a commencé à échapper à mon père), la co-présence (deux alters au contrôle en même temps) est le seul mode de "switch" auquel on a accès, les switchs complets ne sont plus possibles pour nous. Depuis que j'ai pris conscience de mon système et ai commencé à travailler avec eux, la co-conscience (avoir conscience de la présence de l'autre et percevoir plus ou moins ses pensées et ses émotions) s'est rajoutée, créant une sacrée confusion identitaire à chaque fois qu'un alter me "passait au-dessus".

Les expériences hallucinatoires ne sont pas rares dans le TDI, surtout au tout début, quand on a encore du mal à accepter/mettre du sens sur ce qui arrive. On nous apprend depuis toujours qu'un corps = une identité, une personne, donc quand on en sent plusieurs, ce n'est pas si illogique que notre premier réflexe au niveau inconscient soit de se dire "en fait, je dois me tromper, ça doit venir de dehors" et tout projeter à l'extérieur.

Et sinon, c'est commun de changer de personnalité en charge de l'extérieur au cours de l'enfance/adolescence (et même de l'âge adulte, mais de ce que j'ai pu voir, ça arrive surtout chez les systèmes polyfragmentés peu organisés à la base, quand ils commencent la thérapie, ou suite à nouveau trauma pour l'alter chargé de la vie quotidienne).

Le concept de voix mentale est assez clair pour moi, et revient dans une bonne partie des gens avec TDI.

Pour ce qui est des monologues... ça m'arrive de "penser à la place" du reste du système, surtout quand on discute et que je me perds soudainement dans une idée et donc ne les écoute plus vraiment. Et puis j'ai aussi un gros besoin d'anticiper les situations et de les jouer et rejouer dans ma tête, d'imaginer les différents scénarios et dialogues possibles, du coup, forcément...
Tant que mes cheminements de pensées sont conformes à ce qu’eux pensent, ça ne les dérange pas, mais si jamais une chose ne leur va pas, j'ai tout de suite le sentiment d'avoir dit un truc faux, une impression de décalage, et ils me reprennent. J'ai eu un temps où j'ai ignoré ce sentiment, parce que certaines réponses n'étaient pas agréables à entendre et le déni me poussait à me fabriquer les miennes... mais, dans le fond, je savais bien que je fermais les yeux sur quelque chose.

En espérant avoir répondu à tes questions ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Empty
MessageSujet: Re: Une headmate qui n'a sa place nulle part ?   Une headmate qui n'a sa place nulle part ? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une headmate qui n'a sa place nulle part ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiples :: Discussions publiques :: Questions-
Sauter vers: